Menu

« Pour moi, la famille, c’est sacré ! »

Attachée au service du CSEM, Sarra Louati-Aissi est data analyst pour UDITIS depuis dix ans. La jeune femme a retrouvé dans l’entreprise neuchâteloise une partie de valeurs familiales et humaines qui lui viennent de sa Tunisie natale.

 Sarra_Louati_UDITIS_PDL%20022


Plusieurs fois par semaine, Sarra Louati-Aissi prend le train à Genève pour venir travailler à Neuchâtel. N’y aurait-il pas d’emploi dans la Cité de Calvin pour cette diplômée en management des systèmes d’information ? « A Genève, je ne retrouverais nulle part un poste comme celui que j’occupe chez UDITIS. Cette entreprise a des valeurs, elle nous offre un cadre humain et chaleureux. C’est une vraie famille. Et pour moi, la famille, c’est sacré », explique Sarra.

Business intelligence

Data analyst pour UDITIS depuis maintenant 10 ans, elle est rattachée plus particulièrement à un seul client : le CSEM. Elle y procède à des analyses de données. « C’est de la « business intelligence » qui permet de développer et mettre à disposition du CSEM des outils d’analyse et de reporting permettant ainsi à chacun de mieux suivre ses projets en connaissance de la situation générale. C’est ce qui me plaît : être directement en contact avec le client, être à son écoute et lui trouver les solutions qu’il lui faut. C’est très valorisant », explique-t-elle.

Sarra Louati-Aissi œuvre donc bien plus souvent dans les couloirs du Centre Suisse d’Electronique et de Microtechnique que dans ceux d’UDITIS à Peseux. Et c’est tout à l’avantage de cette maman de deux fillettes, qui peut ainsi organiser son temps de travail à sa guise, notamment pour pouvoir jongler entre ses différents rôles. « Heureusement, il y a beaucoup d’humanité et de compréhension chez UDITIS. On ne ressent pas la hiérarchie. Pas de relation de haut en bas, mais un vrai échange avec la direction qui n’impose rien ».


Chant traditionnel

Passionnée de cuisine en général et de pâtisserie en particulier, Sarra pratique durant son temps libre le chant traditionnel arabe. Un art qui fait référence à ses origines tunisiennes. Elle est en effet venue en Suisse en 2008 pour y terminer son master en gestion des données à l’Université de Lausanne. C’est là qu’elle y avait rencontré son mari. Et peu avant d’achever son cursus, elle était engagée par UDITIS en 2010.

A l’arrivée en Suisse, la jeune femme avait ressenti un choc des cultures. « Je suis très attachée à la chaleur des rapports humains, aux valeurs familiales. Et en Suisse, je ne le ressentais pas toujours. Je l’ai heureusement retrouvé dans mon travail, avec mes collègues d’UDITIS et du CSEM ».

Installée à Genève avec son époux également Tunisien et leurs filles, elle retourne au pays deux fois par an retrouver leurs familles. Mais de plus en plus avec un état d’esprit différent. « Avant, quand j’allais en Tunisie, je disais que je revenais chez moi. Mais aujourd’hui, la Suisse, c’est aussi chez moi. »



u-chat