Des étudiants apportent de l’innovation chez UDITIS

Dans le cadre du Master en innovation Innokick de la HES-SO, une équipe de six étudiants ont planché une année sur une solution innovante en lien avec les activités d’UDITIS. Le résultat de leur recherche est présenté ces jours et s’appelle Cloudia Link.

Depuis octobre dernier, UDITIS collabore avec une équipe d’étudiants HES-SO dans le cadre du Master Innokick.

Le principe ? Des étudiants venant d’horizons différents (économique, ingénierie, design) doivent mettre en commun leurs compétences pour développer un produit ou une solution innovante.

 « Cette expérience est très enrichissante pour UDITIS. Généralement, nous innovons pour répondre directement à des besoins du marché. Là, la démarche était différente. L’impulsion venait de l’extérieur et nous obligeait à sortir de notre zone de confort. Cela a permis aux étudiants de nous proposer librement quelque chose d’inédit, que nous n’aurions sans doute pas imaginé. C’est une vraie innovation de rupture, avec une approche pluridisciplinaire », explique Yoann Jeunet, key account manager chez UDITIS qui était le répondant interne des étudiants.

Equipe pluridisciplinaire

L’équipe pluridisciplinaire a réuni des étudiants de 23 à 32 ans: Aiala Albarran, du Pays Basque espagnol, spécialiste en communication audiovisuelle, Lise Perrier, de Paris, Artiste, Andréa Felicetti de Lausanne, Économiste d’entreprise, Christopher Browne, de Nyon, Ingénieur Informatique Laureline Hartmann, de la région morgienne, spécialiste en management du tourisme et enfin le Neuchâtelois Jonathan Cornu, Économiste-juriste d’entreprise.

Améliorer le bien-être en entreprise

L’expérience a duré une année et a produit un projet : Cloudia Link.

« Ce concept est destiné à améliorer le bien-être des employés d’une organisation et, par là-même, la productivité de cette dernière », explique Aiala Albarran.

Cet outil s’articule autour d’objets, eux-mêmes basés sur une platefome web.

Cette série d’objets connectés seront disposés à différents endroits de l’entreprise avec chacun un rôle spécifique. Le but est de fournir aux différents niveaux de l’entreprise (collaborateurs, RH, Marketing, Finance…) des informations pertinentes via le partage et la distribution de données.

« Avec des collaborateurs toujours plus mobiles, des formes de management donnant plus de responsabilités aux employés, il nous semble pertinent de mettre au point un outil pouvant être un baromètre de l’atmosphère de l’entreprise, pour garder l’humain au centre de nos préoccupations », indique Yoann Jeunet.

Casser les silos

« Cloudia Link a vocation de casser les silos, en favorisant les échanges entre les employés et partager leur connaissance de l’entreprise », ajoute Yoann Jeunet. « Par ailleurs, le fait de réfléchir au développement d’objets est pour nous une véritable innovation. Nous sommes aujourd’hui des développeurs d’applications, et le fait d’ajouter une dimension plus tangible à notre métier nous a aussi séduit. »

Les étudiants rendent leur projet de master ces jours. Du côté d’UDITIS, on réfléchit comment mettre en œuvre ce concept à l’interne. Il pourrait toutefois représenter un excellent outil marketing à destination des clients de la société.

Innokick en quelques mots

Lancé par la HES-SO, le Master Innokick permet aux étudiants des domaines Economie et Services, Ingénierie et Architecture et Design et Arts Visuelsd’acquérir les compétences interdisciplinaires nécessaires pour développer des produits et des services innovants et pour les commercialiser avec succès. Cela se matérialise notamment au travers d’un travail de recherche commun en partenariat avec l’industrie.

 

Chaque année, cinq entreprises entament un partenariat. Aux côtés d’UDITIS cette année figuraient notamment la Ville de Lausanne, STC à Orbe, Valentine (friteuses industrielles) et Fischer Connectors.