L’hyperconvergence pour l’administration

L’hyperconvergence pour l’administration

Sécurité /Serveurs

Expérience-client : Ville de Delémont

Renouvellement de l’infrastructure

Il était temps de le changer. Le système informatique de la Ville de Delémont était en bout de course. Courant 2017, UDITIS a été mandaté pour renouveler toute l’infrastructure serveurs/stockage de l’administration communale et de ses divers services, mais surtout pour l’optimiser et la simplifier en la faisant migrer vers une structure d’hyperconvergence.

« L’installation existante était de type traditionnelle, avec des serveurs sur un seul site, connectés à des baies de stockage classiques », explique Pascal Domeniconi, collaborateur UDITIS qui a piloté ce projet.

Nouvelle architecture

La première démarche a été de proposer une nouvelle architecture, où serveurs et stockage sont intégrés en un seul et même équipement.

« Cela a conduit à une réduction des investissements matériels, permettant ainsi à la Ville de s’offrir dans le cadre de son budget une solution de DR (Disaster Recovery – reprise d’activités après sinistre) », souligne Pascal Domeniconi.

En procédant à cette redondance des systèmes et des stockages, la Ville pouvait ainsi garantir une sécurité complète de ses installations informatiques. Dès lors, en plus des deux serveurs installés dans les locaux de l’administration générale, un troisième a été placé dans le bâtiment des Services industriels, à l’autre bout de la ville. « Ce troisième serveur constitue la solution de secours. En cas de panne majeure sur l’infrastructure de production, on peut instantanément démarrer sur ce serveur, sans interruption de service ».

Amélioration du stockage des données

Au sein de cette structure d’hyperconvergence, l’amélioration de l’utilisation des ressources pour le stockage est un des points clés. « Avec le passage à une solution d’hyperconvergence Simplivity, le stockage est hautement optimisé. La compression et déduplication des données permet des gains très importants, à titre d’exemple, le site de production héberge 6.4TB de machines virtuelles et 149TB de sauvegarde pour un espace physique effectivement occupé de 3.5TB, soit un facteur de 44.5:1 ».

Migration en douceur

La migration sur les nouvelles infrastructures s’est faite en douceur et sans à-coup pour l’administration dont le fonctionnement n’a pas été impacté. L’intégralité des machines virtuelles ayant été répliqué sur les nouvelles installations avec une coupure de service minimale.

btnimage