Takeda Neuchâtel vise l’hyper-convergence avec le soutien d’UDITIS.

Fleuron et précurseur de la biotech’ neuchâteloise, TAKEDA Neuchâtel s’apprête à vivre un événement majeur sur son site de production : le remplacement total de son infrastructure IT.

UDITIS sera à ses côtés pour installer une nouvelle plateforme d’hyper-convergence.

Sur la colline de Pierre-à-Bot à Neuchâtel, le site de production biotech TAKEDA emploie plus de 600 personnes. Appartenant depuis janvier 2019 au leader mondial japonais de la biopharmaceutique, le site de Neuchâtel est spécialisé dans la fabrication de médicaments qui traitent l’hémophilie. TAKEDA Neuchâtel – parmi les 10 plus grands employeurs du canton – s’apprête à remplacer la totalité de son infrastructure informatique (serveurs et stockages).

« C’est un projet conséquent », indique Jean-Marie Mina, IS technical specialist chez Takeda Neuchâtel.

Problèmes de latence

L’actuel système IT a presque dix ans, et fait appel à un matériel disparate (disques de plusieurs types) aux performances inégales. « Bien que doté d’un système d’auto-tiering permettant d’optimiser l’utilisation des matériels les plus rapides, la technologie arrive à ses limites et nous faisons face parfois à des petits problèmes de latence », explique Jean-Marie Mina.

Solution hyper-convergente

Dans le cadre du changement d’infrastructure, les nouveaux utilisent des disques SSD intégrant le protocole NVMe et surtout, la solution Datacore choisie, SANsymphony, fait appel au principe d’hyper-convergence.

« Avec l’hyper-convergence, nous espérons bénéficier de vitesses d’accès, de lecture et d’écriture plus performantes », relève encore Jean-Marie Mina.

Aussi, par l’intégration du serveur et du stockage dans la même structure, on s’affranchit de liaisons physiques représentant autant de points faibles et de risques potentiels de pannes.

« Et grâce au serveur Datacore entièrement virtualisé, nous aurons besoin de moins de place et d’énergie ».

Précurseurs au sein du groupe

Le groupe TAKEDA est actif dans 80 pays. Le site de production de Neuchâtel joue un rôle de précurseur puisqu’il sera un des premiers sites de production du groupe à utiliser une telle plate-forme d’hyper-convergence. La société a fait appel à UDITIS pour l’aider dans ce projet.

« Nous ferons pour TAKEDA une intégration clé en mains. Cela s’inscrit dans une collaboration étroite de plus de dix ans », indique Ben Jones, chef de projet en charge de ce client.

« UDITIS est pour nous une entreprise digne de confiance », explique de son côté Jean-Marie Mina.

Un changement sur la durée

La migration des infrastructures IT débutera en été 2019 et va durer des semaines, « voire des mois », prévient Jean-Marie Mina. Car le changement concernera trois pôles internes bien distincts: les installations Office (bureautique), EBM (logiciel de production) et Automation. Ces trois structures devront être transformées les unes après les autres.

Takeda Neuchâtel