L’agilité à tous les niveaux de l’entreprise. 

 

On parle beaucoup d’agilité actuellement dans les milieux économiques. Mais où appliquer cette notion ? L’expertise d’UDITIS en la matière a été sollicitée lors du récent Agile Tour 2019 de passage à Lausanne. 

« On peut apporter de l’agilité à tous les niveaux de l’entreprise », lance Thierry Linder, associé UDITIS. Sa société de services informatiques pour les entreprises le sait bien, engagée qu’elle est depuis trois ans dans la mise en œuvre d’une organisation à gouvernance partagée. Et son message, Thierry Linder l’a récemment apporté à l’Agile Tour suisse 2019. Une série de conférences mises sur pied à Lausanne par la toute jeune association Agile Suisse, qui entend promouvoir cette qualité dans le monde de l’économie.

Le temps du SCRUM

« On parle beaucoup d’agilité dans la gestion de projets ou dans le cadre de développements informatiques, notamment au travers du principe de SCRUM, une méthodologie très en vogue », rappelle Thierry Linder.

Cette pratique propose de renverser le schéma classique dans la gestion de projets, qui veut qu’on fixe un résultat avant de définir les processus pour l’atteindre. La démarche SCRUM propose plutôt de définir avant tout la direction générale, puis de tracer le chemin étape par étape (sprints) en impliquant le mandant.

« Cela permet d’avancer rapidement avec la possibilité de modifier facilement le cap à tout moment en cours de projet », explique Thierry Linder.

Agilité dans l’organisation

Chez UDITIS, c’est surtout au plan de l’organisation qu’on a apporté de l’agilité. Définition des rôles et responsabilités, simplification de la chaîne de décision, responsabilisation des collaborateurs sont autant d’éléments de la solution globale mise en place à l’interne. Thierry Linder l’a évoqué lors d’une table ronde à l’Agile tour, en compagnie de représentants de la Poste, de Liip et de La Salamandre, toutes entreprises qui cherchent à alléger leur organisation en la rendant plus agile. « Nous avons pu démontrer que, si les fondamentaux sont les mêmes pour tous, la notion d’agilité est parfois différente et dépend des circonstances ».

Un débat pas comme les autres

Le débat a suscité beaucoup d’intérêt dans l’assistance. Par le fond, mais aussi par la forme. « Ce n’était pas un débat frontal comme d’habitude », remarque Thierry Linder. Les intervenants étaient au centre d’un cercle de public et ont d’abord échangé librement. Puis, le public a constitué des petits groupes chargés de définir et poser des questions communes. Celles-ci ont alors nourri un nouveau débat entre les intervenants.

« Cette manière de faire nous a permis des échanges qui ont été satisfaisants pour tout le monde », se souvient Thierry Linder.

Comme quoi, l’agilité c’est aussi sortir des schémas habituels pour oser en inventer de nouveaux.

Résumé de la table ronde par Agathe Loret, facilitatrice Graphique.