Notre CEO, Michel Perrin a fait partie du jury du Prix BCN de l’Innovation 2017 qui a récompensé la start-up iWood.

La BCN a récemment remis son Prix BCN de l’innovation 2017. D’un montant de 300’000fr, ce prix récompense un projet neuchâtelois particulièrement innovant. C’est la start-up iWood qui a été primée. Elle se propose de devenir un éditeur de meubles en bois, en renversant complètement le modèle économique de la fabrication de meubles.

En clair, iWood développera des meubles simples et les vendra dans le monde entier par internet. Les commandes seront ensuite exécutées localement, au plus près de l’acheteur, par un menuisier partenaire équipé d’une CNC et qui recevra les fichiers de programmation directement par iWood.

Michel Perrin, CEO de UDITIS, a fait partie du jury qui a choisi à l’unanimité de remettre le Prix BCN de l’Innovation à iWood.

Interview

En tant que membre du jury qu’est-ce qu’il vous a le plus séduit dans la candidature du vainqueur iWood ?

Le modèle d’affaires qui est en phase avec la responsabilité sociétale et qui devrait être une tendance. La société iWood propose de produire localement pour éviter des transports inutiles et maintenir des emplois à proximité des besoins. De plus, le concept de meubles, fabriqués uniquement par usinage du bois sans aucune adjonction, crée un différentiel. Ainsi, iWood donne aussi de l’espoir à des branches de l’artisanat qui doivent se réinventer.

Quelles sont les étapes qui seront décisives pour iWood ?

Comme pour chaque vainqueur du prix, la communication, le réseau et le marketing seront encore plus essentiels au succès d’un tel concept. S’ils peuvent profiter de créer une plateforme synergique avec d’autres corps de métiers qui partagent les mêmes valeurs, ils pourront trouver un accélérateur important.

Quels impacts un tel projet peut-il avoir dans notre région ?

En premier lieu un exemple de pugnacité et d’opiniâtreté, un exemple de rassemblement de compétences et de valeurs synergiques mais avec des valeurs ajoutées singulières, puis un révélateur de l’opportunité offerte à notre région qui n’a pas su prendre le virage du digital dans les années 2000 et qui se trouve en excellente position pour transformer l’industrie en profitant de l’avènement et de la maturité des ensembles digitaux. Une revanche est à prévoir du vieux monde qui saura mieux que personne ajouter les fonctions virtuelles aux technologies physiques et à l’industrie.

Michel Perrin

Directeur général

La technologie au service de l’humain durable